OlkyPay : comment une jeune pousse FinTech luxembourgeoise séduit le CAC40 ?

2015-12-10

OlkyPay : comment une jeune pousse FinTech luxembourgeoise séduit le CAC40 ?

Article source


Développée par Olkypay, une nouvelle plateforme transactionnelle intègre de manière transversale une large diversité de moyens de paiement : prélèvement automatique ou domiciliation, titre interbancaire de paiement, virement, carte bancaire…


Offrant une plus grande autonomie aux entreprises, elle facilite l’encaissement des factures. Olkypay compte déjà une cinquantaine de clients. Compatible SEPA, la plateforme a convaincu Veolia Eau, qui va l’utiliser pour assurer l’ensemble des encaissements. Aujourd’hui, Olkypay s’appuie sur les Managed Services d’EBRC pour monter en puissance.

En avant-première pour l’édition ITnation Mag de décembre


Par Sébastien Lambotte,

En février 2016, la directive européenne sur les services de paiement (DSP) entrera en vigueur et l’encaissement de factures en dehors des procédures définies par SEPA ne pourra plus être garanti (TIP, télérèglement, etc.). Pour de nombreuses entreprises, la gestion de ce changement n’est pas sans risque. Cela concerne particulièrement les acteurs encaissant leur paiement par domiciliation ou via les titres interbancaires de paiement, très répandus en France. Ce changement, toutefois, a constitué une opportunité pour Olkypay. La société luxembourgeoise, qui dispose d’une licence d’établissement de paiement délivrée par la CSSF, a développé une plateforme d’encaissement des paiements particulièrement innovante. Dans le contexte actuel, elle a facilité cette transition à ses clients, dans la mesure où elle a directement intégré des moyens de paiement répondant aux exigences de SEPA, comme le SEPA Direct Debit ou le SEPA Credit Transfer.

Toutefois, si la plateforme a pu profiter de cette opportunité, elle offre beau- coup plus en amenant de nouvelles solutions aux entreprises confrontées à des problématiques d’encaissement des paiements.

« Nos clients peuvent disposer d’une plateforme qui s’intègre directement à leur système d’information. Dès lors, ils peuvent gérer et vérifier directement les encaissements clients, quel que soit les moyens de paiement utilisés », explique Julien Rouayroux, responsable back-office d’Olkypay. Pour y arriver, habituellement, un opérateur doit interroger sa banque pour s’assurer que les paiements de ses clients ont été réalisés, en leur transmettant une liste, par exemple celle des clients qui ont choisi un prélèvement automatique, une domiciliation ou qui ont signé un TIP. Cela prend du temps, exige souvent de procéder à plusieurs allers et retours entre la banque et l’entreprise, pour obtenir un statut de l’opération succès ou échec…

« Avec Olkypay, l’entreprise dispose d’un compte lui permettant d’encaisser tous les paiements de ses clients. La plateforme que nous avons développée s’intègre directement aux systèmes d’informations de l’entreprise. Sans passer par un tiers, il est ainsi possible de vérifier si les paiements attendus sont effectivement réalisés ou non, poursuit Julien Rouayroux. C’est un gain de temps considérable, permettant de récupérer plus rapidement un encaissement en échec ou de réagir en rapidement de façon appropriée. »

Cotée au CAC40, VEOLIA Eau adopte le service Olkypay


L’autre grand intérêt de la plateforme est qu’elle intègre, de manière transversale, l’ensemble des moyens de paiements disponibles ou à venir. « En tant qu’établissement de paiement, sous la surveillance et en discussion avec la CSSF, nous avons la possibilité de développer de nouveaux moyens de paiement, assure Julien Rouayroux. Nous avons, par exemple, mis au point une alternative au TIP, largement répandu en France, mais qui, dès le 1er janvier 2016, sera obsolète. Nous avons donc créé un moyen de paiement qui s’en approche mais qui, juridiquement, répondra aux standards définis par SEPA. » Cette flexibilité, au regard de l’échéance proche, a notamment permis à Olkypay de convaincre Veolia Eau, acteur du CAC 40, qui souhaitait continuer à proposer à ses clients un moyen de paiement équivalent au TIP. L’enjeu n’est pas anodin, quand on sait que près d’un tiers des factures envoyées par Veolia Eau à ses clients est accompagné d’un TIP. Demain, c’est à travers la plateforme Olkypay que Veolia Eau encaissera l’ensemble des paiements, pour un montant total annuel supérieur à cinq milliards d’euros.

Une transaction, plusieurs moyens de paiement


Ce n’est pas la seule innovation portée par Olkypay. Au niveau des banques traditionnelles, le paiement est le plus souvent organisé de manière verticale : une transaction pour un seul moyen de paiement. La plateforme développée par Olkypay, elle, permet d’organiser un même encaissement en recourant à divers moyens de paiement. « Pour une somme due de 100 euros, 50 peuvent être payés par domiciliation, 25 via une carte bancaire et 25 par virement bancaire », explique Julien Daxbek, responsable IT d’Olkypay. La plateforme consolide les transactions et donne une information complète et directe au client. « Un client peut permettre à son fournisseur de sol- liciter plusieurs moyens de paiement afin d’encaisser les montants dus. Si, au moment de l’encaissement, un prélèvement n’est pas possible, pour cause de provision insuffisante sur le compte par exemple, notre client pourra effectuer l’encaissement par un autre moyen », poursuit Julien Daxbek.

La plateforme intègre également des fonctionnalités innovantes facilitant le recouvrement. Des automatismes permettent notamment de représenter à la compensation, intégralement ou partiellement au meilleur moment, le montant des impayés, maximisant ainsi les chances d’encaissement des créances. In fine, la plateforme permet aux clients d’Olkypay de gagner du temps mais aussi de sécuriser les encaissements et d’en déduire les délais. « Au-delà, le recours à notre plateforme permet de diminuer les coûts de recouvrement, d’améliorer la trésorerie disponible », ajoute Julien Rouayroux.
Innovant, tant au niveau de la méthode que sur la technologie mise en œuvre, Olkypay se positionne comme un acteur FinTech ambitieux. Le développement rapide de l’entreprise, qui a obtenu sa licence d’établissement de paiement en décembre 2013, confirme cette ambition. Le contrat passé avec Veolia Eau, qui a choisi de confier l’ensemble de ses encaissements à l’acteur luxembour- geois, est révélateur de sa robustesse.
« Aujourd’hui, la société compte déjà une quarantaine de collaborateurs. Nous continuons à recruter, des développeurs, Java pour la plupart, mais aussi des chefs de projet », explique Julien Daxbek.

EBRC, acteur-clé du business d’Olkypay


Pour répondre aux enjeux de ce développement rapide, Olkypay a fait confiance aux infrastructures d’EBRC.

« Les Data Centres sont à proximité et nous pouvons profiter de l’expertise d’EBRC qui répond aux exigences requises, explique Julien Daxbek. Disposant du statut PSF de support, offrant des garanties élevées en matière de sécurité (ISO 27001) et de disponibilité des services (ISO 20000), EBRC est un partenaire agile pour accompagner notre développement rapide. Il répond à la fois à nos exigences, à celles du régulateur (CSSF), de nos partenaires cartes bancaires (PCI-DSS) mais aussi à celles de nos clients. C’est un atout dans notre développement Business et de respect de notre Time to Market. Le couple Data Centre et offre de services (One-Stop-Shop) a été pour OlkyPay un critère déterminant dans la sélection de notre partenaire IT. »

D’ailleurs, au regard des enjeux financiers, la direction de Veolia Eau s’est déplacée à deux reprises au Luxembourg, pour visiter les infrastructures d’EBRC et rencontrer la direction de l’entreprise, afin de disposer de toutes les garanties utiles. « EBRC gère la partie infrastructure IT en Managed Services. Cela nous permet de concentrer nos efforts sur l’amélioration de la plateforme, qui est distribuée en mode SaaS auprès de nos clients, et le développement de nouveaux moyens de paiement », poursuit Julien Daxbek. Dans cette optique, EBRC accompagne aussi Olkypay afin que l’entreprise puisse répondre aux exigences de PCI-DSS, en vue de l’obtention de cette certification. « Pouvoir proposer, nous-mêmes, des moyens de paiement par carte bancaire, exige que nous disposions de cette certification. Nous sommes heureux, dès lors, de pouvoir profiter de l’expertise d’EBRC pour nous aider à l’obtenir », poursuit Julien Daxbek.